Tous les articles par mm

la flamme violette

 

LA FLAMME VIOLETTE.

le feu sacré de la transmutation

L’humanité qui vit aujourd’hui dans le monde présume que l’histoire connue est ce qu’elle est et qu’elle ne peut être changée. Elle n’a pas tenu compte de la flamme violette de transmutation.

Selon Saint-Germain:

Tous les problèmes, de l’économie, de l’environnement, du gouvernement… peuvent être résolus si vous prenez dix minutes seulement tous les jours pour rentrer en vous-même et trouver votre moi divin, pour méditer, et utiliser la science du Verbe pour chanter le mantra de ceux qui sont libres: 

JE SUIS UN ÊTRE DE FEU VIOLET
JE SUIS LA PURETÉ QUE DIEU DÉSIRE !

« Ceci est mon mantra que Je vous donne pour qu’il soit votre initiation à l’Age du Verseau. »
Je suis un être de feu violet, Je suis la pureté que Dieu désire.
Le nom sacré Je Suis libère le feu qui est enfermé dans le noyau de l’atome permanent du Moi.

Vous rappelez-vous quand Moise était sur la montagne: un buisson brûlait sans être consumé quand Dieu appela depuis le milieu du buisson ardent! Moise comprit Dieu en tant que feu. Mais au moment où Dieu se révèle en tant qu’énergie, en tant que flamme ardente, à ce moment-là le Seigneur Dieu sort de cette énergie et devient une personne qui parle avec Moise. L’énergie parle. Elle devient une identité, une individualité, le Saint-Esprit lui-même.

Quand on étudie la nature de l’énergie, on se rend compte qu’elle est toujours simultanément principe et personne. Principe et personne sont des polarités positive et négative. La polarité positive devient négative quand la polarité négative atteint l’individualité.
Dieu est langues de feu, Esprit-Matière. L’Esprit représente le principe de l’énergie universelle et la Matière représente cette énergie qui devient la personne. Par la loi de la polarité, ce qui est principe doit devenir personne. C’est une leçon de science et de mathématique. 

Moise a fait cette expérience. L’énergie est devenue une personne, une amie. Dieu s’est manifesté, en ami, et a parlé avec Moise, face à face, avec ce buisson ardent, pourquoi?
Pour initier la mission de sa vie.
Que veut dire initiation?
Cela veut dire que Dieu nous donne, en tant qu’individu, une augmentation de lumière, ou d’énergie, qui entre dans notre âme et nous donne une poussée, une impulsion, une conscience, une idée, une perception. C’est comme du vent dans nos voiles.

Ainsi Moise se tint là et la voix de Dieu parla depuis la flamme et dit: que mon peuple sorte!
Dieu envoyait Moise au secours du peuple d’israël pour le tirer d’un faux sentiment de liberté, d’un très profond matérialisme.
Moise devant Dieu était timide, il avait peur et doutait de propre habileté à comprendre. Il tremblait devant cette personne, et tremblait devant le feu sacré. Il dit: je ne suis pas qualifié, le peuple ne m’écoutera pas, peut-être m’écouteront-ils s’ils savent qui m’a envoyé, quelqu’un qui serait plus puissant que moi; par qui dois-je dire que j’ai été envoyé,en vertu de quelle autorité transmettrai-je cette parole? Qui es-tu donc?
Le Verbe résonnant qui revient est le verbe résonnant que nous entendons dans notre propre être intérieur, la déclaration de la présence de Dieu là où nous sommes. La voix du Seigneur parla à Moise depuis cette flamme et dit: « JE SUIS CELUI QUE JE SUIS. JE SUIS QUI JE SUIS. JE SERAI CE QUE JE SERAI. OM TAT SAT OM. »

Le nom de Dieu *JE SUIS CELUI QUE JE SUIS* est la clé de l’énergie. Chaque fois que vous dites JE SUIS, vous déclarez « Dieu en moi EST ». C’est une affirmation de votre Être véritable. Ce nom libère le feu de votre cœur pour accomplir la destinée pour laquelle vous l’invoquez. c’est plus que le pouvoir de la pensée positive, ne faisons pas d’erreur: c’est l’alchimie du feu sacré.
JE SUIS est un mot plein. Il est rempli du pouvoir du noyau de votre être. Si vous dites: Je Suis bien, Je Suis heureux, Je Suis en bonne santé », le feu jaillit et parcourt un cycle à travers votre esprit, votre cœur et votre âme (et quand vous dites le contraire, vous en créez les conséquences aussi).

Je Suis un être de feu violet,
Je Suis la pureté que dieu désire!

Quand vous prononcez ce mantra, le flux du Verbe se manifeste en une spirale autour de vous dans le sens des aiguilles d’une montre. Vous devenez alors, en tant que pilier d’énergie, un tourbillon du feu de la liberté.
Dans le flux du mantra, l’accélération du tempo correspond à l’accélération de la vibration de la lumière qui se répand à travers vous. Quand vous laissez Dieu prononcer le Verbe à travers vous, le flux naturel de la lumière intensifie le flux du mantra.

Je Suis un être de feu violet,
Je Suis la pureté que Dieu désire!
Aum!

Les scientifiques reconnaissent maintenant que chaque individu possède sa propre horloge cosmique. Nous avons, chacun, une vibration unique. cette vibration est faite des fréquences de tous nos atomes et molécules qui, réunis, constituent le ton de l’identité que nous reconnaissons quand nous saluons nos amis, quand nous avons des affinités avec quelqu’un (et parfois une répulsion mutuelle). Ces vibrations, cette fréquence, sont liées à la façon dont coule le Verbe.

Quand la flamme de la liberté prend forme et que vous devenez cette flamme, vous possédez un ton nouveau, un son nouveau, une conscience nouvelle. Et quand vous augmentez le tempo du mantra, vous maîtrisez tout un cosmos d’atomes, de molécules et de champs d’énergies.  Nous commençons lentement, en maîtrisant chaque mot comme nous maîtrisons chaque électron. Ensuite, nous accélérons et nous découvrons que nous pouvons maintenir la maîtrise à un niveau de vibration plus élevé, tout comme l’homme a conquis le mouvement dans le temps et l’espace, parvenant à des inventions qui permirent des vitesses de plus en plus grandes, et franchissant finalement le mur du son. Ceci, nous le faisons par la maîtrise, et par la science du Verbe.

Faites l’expérience de ce mantra. Si vous n’utilisez pas le pouvoir du Verbe, vous serez une île au cœur d’un océan de flammes. en effet, de par le libre arbitre, la flamme ne peut être cristallisée et former une spirale si vous n’en donnez pas le commandement. C’est la loi du libre arbitre et de la science du Verbe. La flamme reste inconnue jusqu’à ce que vous la fassiez vôtre.
Ce mantra est simple, vous pouvez le répéter de façon de plus en plus rapide, et le réciter comme une prière continuelle sur vos lèvres, pendant que vous vaquez à vos occupations quotidiennes.

Je Suis un être de feu violet,
Je Suis la pureté que Dieu désire! 

Commencez par vous libérer de la perception du moi comme étant vieux, dense, faible, laid, stupide, ennuyé, pauvre. Soudain vous êtes un être de feu violet. Vous êtes une flamme ardente, palpitant et vous mouvant avec l’Esprit. Vous vous mouvez dans une magnifique mer de flamme violette. En récitant ce mantra, quand vous augmentez encore et encore sa vitesse, vous dissolvez la substance qui se trouve entre les électrons et le noyau de l’atome.
Les électrons tournent de plus en plus vite, et vous, vous devenez de plus en plus léger. Vous allez de plus en plus haut.

En contemplant la lumière de la flamme violette, allez à l’intérieur du cœur. Fermez les yeux, et pénétrez dans votre cœur. Regardez votre cœur les yeux fermés. Voyez d’abord la lumière blanche. C’est une torche de feu éclatant. Voyez-la haute d’environ trois pouces (7,5 cm), au centre de votre poitrine.
Visualisez que vous êtes en train de méditer en invoquant le soleil de votre propre être, cet atome magnifique du Moi. C’est votre énergie. À chaque instant de chaque jour et de chaque nuit, vous décidez de ce que vous faites de cette énergie.
Visualisez la région de la poitrine comme un soleil brillant: avec l’œil de votre esprit, prenez une photo du soleil de midi quand vous regardez haut dans le ciel et que vous voyez cette boule de feu tourbillonnante. C’est une sphère flamboyante, tellement flamboyante et intense que vous ne pouvez pas la regarder. Maintenant, visualisez ce soleil dans votre cœur.
Entrez dans cette chambre intérieure et imaginez-vous suspendu dans cette sphère de conscience.
À présent, sentez que vous suivez les contours de votre corps, des extremités jusqu’au cœur. Sentez que vous exercez une traction avec vos yeux, avec votre conscience.
Tirez vos pieds, vos talons, vos chevilles vers le haut. Tirez vos jambes, vos genoux. Sentez que vous étirez l’énergie comme si vous étiriez vos muscles, mais vos muscles ne bougent pas. Ce sont les muscles de votre esprit qui indiquent à votre corps où se trouve l’énergie à un moment donné. Cette énergie se déplace, tirant vers le cœur, affluant toute entière vers le cœur.
Sentez l’énergie se déplaçant du bout de vos doigts jusqu’aux coudes, remontant le long des bras jusqu’aux épaules et au cœur.
Sentez l’énergie couler de votre tête et de votre esprit, se concentrant totalement dans votre cœur jusqu’à ce qu’il devienne le centre conscient de la perception de soi.

Comme vous êtes absorbé par ce grand feu, rappelez-vous que Dieu lui-même est au centre de ce feu. C’est votre source sur le plan de la matière. Vous devez être au centre de ce lieu pour commencer votre méditation.
C’est une nouvelle forme de concentration, qui renonce à la concentration mentale, la pensée est au point mort. Et toute l’énergie de la conscience qui est au-delà de la pensée, de l’âme et du corps, afflue vers le cœur.
Maintenant voyez la flamme violette comme un point de la grosseur d’une tête d’épingle dans votre cœur. Concentrez-vous avec les yeux de l’esprit sur cette tête d’épingle et voyez ce point comme le commencement d’un vortex de flamme violette sans quitter des yeux la tête d’épingle.
En méditant sur elle, vous allez voir la flamme violette surgir de son centre et commencer à tourner dans le sens des aiguilles d’une montre. Pendant que vous êtes entièrement concentré sur cette tête d’épingle, centré sur le cœur où vous visualisez le début de ce vortex de la flamme violette, laissez les paroles suivantes couler presque automatiquement:

radieuse spirale de flamme violette,
descends, rayonne en moi maintenant!
radieuse spirale de flamme violette,
libère-moi! libère-moi! libère-moi!
radieuse flamme violette, ô viens,
augmente et rayonne ta lumière en moi!
radieuse flamme violette, ô viens,
révèle à tous le pouvoir de Dieu!
radieuse flamme violette, ô viens,
réveille la Terre et libère-la!
splendeur de la flamme violette,
augmente et rayonne en moi!
splendeur de la flamme violette,
augmente pour que tous te voient!
splendeur de la flamme violette,
établis ici un foyer de miséricorde!
splendeur de la flamme violette,
viens, transmue maintenant toute crainte!

Ceci est un mantra que vous pouvez utiliser partout et n’importe quand.
Vous pouvez utiliser le Verbe qui est en vous, au lieu de rester là, dans une vibration dense, victime de votre situation dans le temps et dans l’espace. Quand vous commencez à vous sentir tendu, irrité, fatigué, lourd ou accablé au cours de la journée, dites seulement quelques flammes violettes et vous vous trouverez de nouveau dans le flux cosmique.
Répétez ce mantra en préparant le petit déjeuner, en conduisant, en faisant la vaisselle ou en prenant votre douche. Visualisez votre douche comme une douche de flamme violette. Voyez la flamme violette nettoyer les pores, parcourir le système nerveux, les artères, le sang, jusqu’à la moelle des os.

Quoique vous affirmiez pour vous-même, vous pouvez l’affirmer pour votre ville ou pour la nation toute entière. Vous pouvez dire par exemple:

la France est un pays de feu violet,
la France est la pureté que Dieu désire!

Changez simplement votre visualisation, comme si vous ajustiez l’objectif d’un appareil photo. Vous pouvez tout aussi facilement invoquer assez de flammes violettes pour transmuter la densité d’une ville ou d’un pays, d’une planète ou d’un système solaire…
Il y a une créativité sans bornes dans la flamme violette! Elle libère en vous l’énergie du Verseau, la créativité totale du Saint-Esprit. Elle libère l’amour en tant que discipline des feux créateurs.
Quelle que soit votre profession, quelle que soit votre mission, vous pouvez prendre le son, le rythme, l’énergie du Verbe et vous sentir de plus en plus libre. La flamme violette va libérer en vous tout ce que vous avez cherché d’autre en tant que conscience, enseignement ou maîtrise de soi. C’est la clé. Elle unit tout le reste. Parce qu’elle transmute les impuretés qui empêchent le flux de cette extraordinaire lumière du Saint-Esprit.

Utiliser la flamme violette, c’est penser plus clairement, être plus léger, plus sensible aux vibrations, ressentir le mouvement de la lumière, harmoniser ses relations, délaisser les drogues, devenir créatif, se sentir en paix, maîtriser ses émotions, être plus sensible aux pensées de Dieu.
C’est la conscience infinie de Dieu lui-même que vous avez atteinte en entrant dans votre être intérieur. Qu’allez-vous faire? Vous ne pouvez pas simplement vous dorer au soleil. Conquérez la Terre, commencez la révolution!

LA TERRE EST UN ÊTRE DE FEU VIOLET,
LA TERRE EST LA PURETÉ QUE DIEU DÉSIRE!

Certains parmi vous venez à moi depuis bien des années en vous demandant avec consternation pourquoi vous ne faites plus de progrès sur le sentier. D’une certaine façon, vous avez négligé le solvant universel qu’est la flamme violette.
Ainsi vous découvrez le rêve de l’alchimiste dans ce feu violet. Utilisez-le! Utilisez la flamme violette pour vous dépasser, aller au-delà de vous-même. C’est la loi de la transcendance de soi.
Voyez ce qu’elle peut faire.

 

SAINT-GERMAIN.

 

 

 

 

 

zoser p.73

Le troisième âge d’or se prépare.
Les sciences occultes trompeuses.

Zoser.
Tu vois Messagère, comme il y a peu d’êtres sur la Terre capables de tenir une ligne droite dans leur vie.
Tout cela vient de ce qu’ils s’ouvrent aux entités et aux formes pensées qui rôdent et ils se laissent influencer.
Il faut tenir bon sur le sentier et se fermer à toutes ces influences, alors nous pouvons pénétrer avec nos concepts et notre direction.
Notre plan est tout prêt, il est élaboré et logique, seulement il faut le suivre. Très peu d’êtres humains peuvent le faire. Les autres, nous l’avons déjà dit, vont et viennent, changent de Maître et de Méthode!
Ils cherchent et tâtonnent, ils ont besoin de béquilles, de médiums, de cartomanciennes, de graphologues, d’astrologues, de radiesthésistes, de soins magnétiques et de prophéties et ces béquilles finissent par se rompre sous leur poids.
Il faut surmonter cette envie d’être aidé par des personnes physiques et n’accepter que notre enseignement, il donne la ligne à suivre pour se réaliser et devenir autonome.
Toutes ces sciences sont trompeuses, n’y croyez pas, fermez bien vos tubes à leur influence et écoutez parler votre Présence, demandez-lui de vous protéger et de vous purifier, ainsi vous n’aurez plus rien en vous pour attirer les radiations nocives, elles ne pourront plus vous atteindre, vos vibrations ne correspondront plus, les vôtres seront plus rapides et plus brèves. La fréquence ne sera plus la même, vous vibrerez en haute fréquence, les autres en basse.
Écoutez-moi bien, Enfants de la Lumière!
Éliminez tout ce qui a des radiations lentes, les couleurs, les animaux, les personnes. Faites-le autant que possible et si vous ne pouvez pas éliminer les personnes pour une raison ou pour une autre, faites tout votre possible pour les libérer, à l’aide d’Appels, de tout ce qu’elles font passer par elles.
Elaguez, épurez, purifiez. Entourez-vous de Lumière Cosmique, qu’elle rentre en trombe en vous et qu’elle ressorte à jets continus.
Faites-la tourner comme un disque autour de vous, on y arrive très bien par la pensée. Quand vous aurez établi ce système, vos vibrations légères vous feront monter et vous quitterez ainsi les ennuis de la Terre. Faites ce que je vous dis.
Écoutez-moi, Enfants de la Terre.
Pendant les deux précédents âges d’or, le cercle de Flammes Cosmiques fonctionnait autour de chaque individu qui était ainsi protégé.
Ce cercle était involontaire et les hommes l’ont laissé s’évanouir, tandis qu’aujourd’hui, il est établi volontairement et ne peut plus se défaire. Il vous protégera donc éternellement, et ne vous faites pas d’illusion, vous en aurez toujours besoin. Là où nous sommes, nous nous protégeons aussi.
Nous subissons parfois des attaques, surtout de l’astral.
Ne vous y aventurez pas, là se traînent les âmes errantes et les hideuses formes pensées, elles ne sont pas toujours hideuses mais jamais intéressantes.
Fermez vos tubes, mes chers Enfants, et laissez-nous vous remplir d’un jet continu de Lumière Cosmique.
Avec elle vous viendra l’Amour Divin.
Avec elle vous viendra la Sagesse.
Avec elle vous viendra le Pouvoir, très utile pour ne pas se laisser influencer.
Tenez ferme notre Flambeau et faites constamment des efforts vers la Pureté.
La Flamme Violette et la Flamme Bleue vous aideront jusqu’à ce que la Flamme Blanche vous libère.
Zoser.

la règle d’or

La règle d’or est un langage universel et les phrases suivantes montrent que cette universelle règle d’or prévaut dans toutes les religions et que, par la reconnaissance des lois du karma – ou de cause et d’effet – nous sommes amenés à pratiquer l’innocuité dans toutes les domaines de la vie.

  christianisme: ainsi, tout ce que vous désirez que les autres fassent pour vous, faites-le vous-mêmes pour eux, car c’est la loi et les prophètes,

  bouddhisme: n’offensez pas les autres de sorte que vous ne soyez pas offensés (udana-varga, 5 – 18),

  taoïsme: considérez le gain de votre voisin comme votre propre gain et sa perte comme votre propre perte (T’ai Chang Kan Yin P’ien),

  judaïsme: ne faites pas à vos semblables ce qui vous semble haïssable, voilà toute la loi, le reste n’est que commentaires (Talmud, shabbat 31, a),

  brahmanisme: votre devoir le plus important consiste à ne pas faire aux autres ce qui vous causerait de la douleur si on vous le faisait ( Mahabharata 5 – 1517),

  confucianisme: la règle de conduite de la bonté incarnée est certainement de ne pas faire aux autres ce que vous ne voulez pas que l’on vous fasse ( annalects 15s 23),

  zoroastrisme: seul celui qui a un bon naturel s’abstient de faire aux autres ce qui n’est pas bon pour lui (dadistan-i-dinik, 94 – 5),

  islam: aucun de vous n’est digne de se prétendre croyant s’il ne désire pour son frère ce qui est bon pour lui-même (sunnah),

  C’est par l’étude attentive de ce principe que l’homme dans son histoire a pu prétendre à la compréhension de la loi de la vie, en comprenant que ‘tel il se comporte avec la vie, telle la vie se comporte avec lui’…

le besoin


  PREMIÈRE PARTIE 

  LES DIX ILLUSIONS DE L’HOMME


  UN. Illusion du besoin. 

  Voici la Première Illusion: LE BESOIN EXISTE.
 C’est non seulement la première illusion mais aussi la plus grandiose. Elle soutient toutes les autres. Tout ce que vous vivez actuellement, tout ce que vous ressentez maintenant s’enracine dans cette idée et dans vos pensées à cet égard.

  Le besoin n’existe nulle part dans l’univers. On n’a besoin de quelque chose que si l’on exige un résultat précis. Or l’univers ne réclame aucun résultat précis puisque l’Univers EST le résultat. De même le besoin n’existe pas dans l’esprit de Dieu. Dieu n’aurait besoin de quelque chose que s’il exigeait un résultat précis, or Dieu n’en revendique aucun. Dieu est ce qui produit tous les résultats.  Si Dieu imposait un résultat, où l’obtiendrait-il en dehors de lui? Rien n’est en dehors de Dieu: Dieu est tout ce qui est, tout ce qui fut et tout ce qui sera. Rien n’existe qui ne soit Dieu.
  Vous pouvez remplacer le mot Dieu par le mot Vie, ces deux termes sont interchangeables, cela ne changera pas le sens mais accroîtra votre compréhension: rien n’existe en dehors de la Vie. Si la Vie avait besoin d’un résultat où l’obtiendrait-elle? Puisque rien n’est en dehors d’elle, la Vie est tout ce qui fut, tout ce qui est et tout ce qui sera.
  Dieu n’a besoin de rien d’autre que ce qui est en train de se produire, la Vie n’a besoin de rien d’autre que ce qui est en train de se produire, l’Univers n’a besoin de rien d’autre que ce qui est en train de se produire.
  C’est dans la marche des choses. C’est vraiment ainsi que cela se passe et non comme vous l’avez imaginé. En imagination, vous avez créé l’idée du Besoin, après avoir eu besoin de choses pour survivre. Mais supposons qu’il vous importe peu de vivre ou de mourir, de quoi auriez-vous besoin alors? De rien du tout. 
  En supposant qu’il vous soit impossible de ne pas vivre, de quoi auriez-vous besoin alors? De rien du tout.
  Et voici donc la vérité en ce qui vous concerne: il vous est impossible de ne pas survivre. Vous ne pouvez pas ne pas survivre. La question n’est pas de savoir si vous vivrez mais comment. C’est à dire quelle forme prendrez-vous? Quelle sera votre expérience?
  Je vous dis ceci: vous n’avez besoin de rien pour survivre. Votre survie est garantie. Je vous ai donné la vie éternelle et je ne vous l’ai jamais enlevée.
  Là-dessus, vous répliquerez peut-être: oui, mais la survie est une chose et le bonheur en est une autre. Vous vous imaginez peut-être avoir besoin de quelque chose afin de survivre heureux – de ne pouvoir être heureux qu’à certaines conditions. Ce n’est pas vrai, mais vous l’avez cru. Et parce que la croyance produit l’expérience, vous avez vécu ainsi et avez imaginé un Dieu qui devait, lui aussi, vivre ainsi. Mais ce n’est pas plus vrai pour Dieu que pour vous. La seule différence, c’est que Dieu le sait.
  Lorsque vous le saurez, vous serez semblable à Dieu. Vous aurez maîtrisé la vie et toute votre réalité changera. 
  Voici donc un grand secret: le bonheur ne résulte pas de certaines conditions, mais certaines conditions, elles, résultent du bonheur. C’est là une affirmation si importante qu’elle vaut la peine d’être répétée: le bonheur ne résulte pas de certaines conditions, mais certaines conditions, elles, résultent du bonheur.
  Cette affirmation s’applique également à tous les autres états d’être: l’amour ne résulte pas de certaines conditions mais certaines conditions découlent de l’amour, la compassion ne résulte pas de certaines conditions mais certaines conditions dépendent d’elle, l’abondance ne résulte pas de certaines conditions, mais certaines conditions naissent de l’abondance. Et il en est ainsi de tout état d’être concevable. Il sera toujours vrai que l’Être précède et produit l’existence. 
  Parce que vous ne l’avez pas compris, vous avez supposé que certaines choses devaient arriver pour que vous soyez heureux – tout en imaginant un Dieu pour qui ce serait tout aussi vrai. Mais si Dieu est la «cause première», que peut-il y avoir que Dieu n’ait causé au départ? Et si Dieu est tout puissant, que peut-il se produire que Dieu n’ait choisi?
  Est-il possible que quelque chose survienne sans que Dieu ne puisse l’arrêter? Et si Dieu choisit de ne pas l’arrêter, l’évènement même n’est-il pas le choix de Dieu? Bien sûr que oui.
  Mais pourquoi Dieu choisirait-il qu’il se déroule des choses qui rendraient Dieu malheureux? La réponse, vous ne pouvez l’accepter: rien ne peut faire le malheur de Dieu!
  Vous ne pouvez pas le croire car cela nécessiterait de croire en un Dieu sans besoin ni jugement, et vous ne pouvez imaginer un tel Dieu car vous ne pouvez concevoir un tel humain. Vous ne pouvez vous imaginer vivre ainsi – et ne pouvez admettre de Dieu plus grand que vous.
  Lorsque vous comprendrez que vous pouvez vivre ainsi, vous saurez tout sur Dieu. Vous constaterez alors la véracité de votre seconde appréciation: Dieu n’est effectivement pas plus grand que vous. Comment pourrait-il l’être? Car Dieu est votre substance même, vous êtes la substance même de Dieu, et vous êtes plus grand que vous ne le croyez. 
  Les maîtres savent cela. Et il y a de tels êtres actuellement sur votre planète. Ils sont issus de maintes traditions, religions et cultures, mais ils ont tous quelque chose en commun: rien ne peut faire le malheur des maîtres. 
  A l’origine de la culture primitive, la plupart des hommes n’avait pas atteint cette espace de maîtrise. Leur seul désir était d’éviter le malheur ou la douleur. Comme ils avaient une conscience trop limitée pour comprendre que la douleur n’avait pas entraîné le malheur, leur stratégie de vie s’est élaborée autour de ce qu’on a plus tard appelé le principe du plaisir. Ils se sont dirigés vers ce qui leur procurait du plaisir et éloignés de ce qui les en privait (ou provoquait de la douleur). Ainsi est née la première illusion, l’idée que le Besoin existe. Ce fut ce qu’on pourrait appeler la première erreur. 
  Le besoin n’existe pas. C’est une fiction. En réalité, vous n’avez besoin de rien pour être heureux: le bonheur est un état d’esprit.
  Cela, les premiers humains n’étaient pas à même de le saisir. Et parce qu’ils avaient l’impression d’avoir besoin de certaines choses pour être heureux, ils supposaient qu’il en allait de même pour toute forme de Vie. Y compris la part de la Vie qu’ils percevaient comme une plus grande puissance: une puissance que des générations successives ont imaginée sous la forme d’un être vivant et désignée sous une grande variété de noms, tels Allah, Yahvé, Jéhovah et Dieu. 
  Les premiers hommes ont aisément conçu une puissance plus grande qu’eux. C’était en effet nécessaire. Il leur fallait expliquer des choses qui échappaient tout à fait à leur influence. L’erreur n’était pas de supposer l’existence d’un Dieu (la puissance combinée et l’énergie combinée de tout ce qui est), mais de croire que cette Puissance et cette Énergie totales puissent avoir besoin de quoi que ce soit. Que Dieu dépendait, pour ainsi dire, de quelque chose ou de quelqu’un d’autre pour être heureux ou satisfait, complet ou comblé. 
  C’était comme dire que la Plénitude n’était pas pleine. Qu’elle avait besoin de quelque chose pour la remplir. C’était une contradiction dans les termes – mais ils ne pouvaient pas voir cela. Encore aujourd’hui, beaucoup ne le voient toujours pas. 
  A partir de cette création d’un Dieu dépendant, les gens ont composé un récit culturel dans lequel Dieu avait un programme. Autrement dit, pour être heureux, Dieu veut que certaines choses arrivent, et il faut qu’elles soient de certaines façons. Les humains ont ensuite réduit ce récit culturel à un mythe qui s’est cristallisé sous cette forme: Que ta volonté soit faite.
  Cette idée de volonté divine vous a ensuite obligés à tenter d’imaginer ce qu’elle pouvait être. Et cet exercice vous a tout de suite permis de constater l’absence d’entente universelle, à cet égard, au sein de votre espèce. Et que, faute d’entente et de connaissance universelle quant à la volonté de Dieu, il était impossible que tout le monde puisse l’ accomplir. 
  Les plus malins d’entre vous ont utilisé ce raisonnement pour expliquer pourquoi certaines personnes semblaient vivre mieux que d’autres. Mais vous avez alors engendré une nouvelle question: Comment serait-il possible que la volonté de Dieu ne soit pas faite, si Dieu est vraiment Dieu? 
  Il y avait clairement une faille dans cette Première Illusion. Elle aurait dû révéler la fausseté de l’idée de besoin. Mais les humains savaient très profondément qu’ils ne pouvaient abandonner l’illusion, sous peine de voir alors la fin de quelque chose d’essentiel. 
  Une fois de plus, ils avaient raison. Mais une fois encore, ils commirent une erreur. Au lieu de voir l’Illusion en tant qu’illusion et de l’utiliser aux fins auxquelles elle était destinée, ils crurent devoir en corriger la faille. Ce fut donc pour réparer la faille de cette Première Illusion que fut créée la Deuxième Illusion.


  La deuxième illusion: l’Échec existe …